lundi 27 octobre 2008

Punisher (8)




Punisher n°8 en 100% marvel offre un changement par rapport aux 4 premiers que j'ai chroniqué.Le premier et le dernier épisode sont d'Ennis et Dillon, les 2 à 5 d'Ennis et Kennedy. Ce dernier a des traits secs et cassants. Les 2 à 5 formant la saga "Les rues de Laredo", je vous conseille de commencer par les autres histoires, histoire de lire ce qu'il reste d'un trait.

Dans le 1, on retrouve Joan, une ex-voisine du Punisher, qui va l'aider. Les nostalgiques des premiers numéros apprécieront son bref passage. Elle a à présent un chien qu'elle a nommé Frankie et qui se trouve justement avoir certaines qualités de Castle... La finesse n'est pas le fort d'Ennis mais ses fans l'aiment pour cela...Le Calmar est une aventure sympa mais qui ne casse pas des briques non plus. Je l'aurais servie dans une dissertation, je vois d'ici l'institutrice écrire dans la marge : Remplissage !

Les rues de Laredo, c'est différent, l'auteur y dénonce l'homophobie ! Sans oublier ses fans (ou ses tics), il nous met de la violence, du gore et un curé barjot du nom d'Henry Mc Carthy (il rajoute un H mais on pense de suite, pour qui aime les western et ce qui va avec, à Billy The Kid)
L'histoire du Kid est complexe, il y a le contexte historique, les enjeux de l'époque, sa propre histoire mais tout comme Castle, il était et est encore aujourd'hui "idolâtré" alors qu'il n'en démeurait pas moins un tueur de "shériffs" !
Je repense à l'interview dans le 100% marvel 1 ou Ennis dit qu'il ne justifiera pas les crimes du Punisher...Et là, je me demande pourquoi il a pris cette série ? Pourquoi, alors que le personnage ne lui plaît pas, la série a-t-elle marché ? Cette série, aux yeux de l'Irlandais n'est qu'un divertissement et du coup, je me dis que bons nombres de comics mériteraient plus d'honneur que celui-ci...

Jusqu'à présent, les Punisher d'Ennis, c'étaient les milles et une façon de zigouiller un criminel, ce livre est plusieurs crans au-dessus des autres mais reste bien dans la lignée...

Mérite d'être lu...

2 commentaires:

Neault a dit…

Deux petits points sur lesquels je ne suis pas tout à fait d'accord :

- "La finesse n'est pas le fort d'Ennis mais ses fans l'aiment pour cela..."

--> Il ne faut pas confondre le côté bourrin et déjanté de la forme et la finesse supposée du fond. Ennis est loin d'être un abruti, son "The Boys" par exemple est, selon moi, une oeuvre qui dépasse largement certains comics "cultes", notamment parce qu'il ne surligne pas son propos à l'aide d'une forme compassée.
Il parvient d'ailleurs, dans cette oeuvre, à tourner en ridicule certains dogmes (le super-héros "super-gentillet") et même à dépasser, ou du moins enrichir, certaines réflexions bien connues (who watches the watchmen ?).

- "Et là, je me demande pourquoi il a pris cette série ? Pourquoi, alors que le personnage ne lui plaît pas, la série a-t-elle marché ?"

--> C'est pas tellement que le personnage ne lui plait pas, au contraire. Il me semble qu'il n'aime pas trop le côté "super-héros" et qu'il s'éclate bien avec ce Punisher très réaliste et à l'ambiance "polar".
Ce qu'il a voulu dire, à mon sens, c'est qu'il n'allait pas s'emmerder à justifier ou non le comportement de Castle, d'autant qu'il n'est pas l'auteur du personnage.

Biaze a dit…

Quand il y a des messages, ils sont clairs même quand il y a sous-entendu. Pour la finesse, je parlais du chien, le clin d'oeil était clair. Tu as raison, sur un point, il est bien bourrin (lol)
Par contre, ses lecteurs, rapport à ses sujets récurrents ne sont pas forçément des amateurs de super-héros et vu qu'il n'en a jamais vraiment fait, il se contrefout de casser leur image (mon humble avis).
Je ne sais pas si tu as lu l'interview mais personnellement j'avais l'impression qu'il l'a pris juste pour s'éclater mais que si Castle existait bel et bien et qu'il serait devant lui, il l'éclaterait (lol). Mettre un Billy the Kid dans la peau d'un curé, personne qu'il déteste, veut tout dire pour moi.